ATBI·Nouveau pour la faune de France

Coléoptères nouveaux en Vanoise

Dans un précédent article, nous présentions l’inventaire ATBI de la Montagne du Saut, avec comme résultat intéressant, un Byrrhidae alors inconnu de France [ici]. L’étude, ainsi que les autres ATBI qui ont eut lieu en 2020 dans les Alpes, a été couverte par un reportage, visible ici.

La finalisation des identifications a permis de mettre au jour 173 espèces de coléoptères au total, dont quelques unes présentent un intérêt certain et sont présentés ci-dessous.
Ce chiffre de 173 coléoptères correspond à la diversité obtenue à des altitudes et des milieux similaires dans les Alpes du Nord : réserve intégrale du Lauvitel dans le Parc National des Écrins, réserve de la Grande Sassière dans le Parc National de la Vanoise.

Brentidae — Protapion burgodionum (Schubert, 1958)

Cet apion a été décrit comme P. rosai Pesarini, 1977, forme placée en synonymie avec P. burgodionum. Pesarini l’indique des Alpes italiennes, des Grisons et du Valdôtain. Il restait en attente de confirmation pour les Alpes de France où il était attendu en Savoie (Tronquet & Peslier 2021). Il semble que la donnée de Focarile (1989 : entre les montagnes de l’Arpont et de Chasseforêt), soit passée inaperçue pour ces auteurs. Ses plantes hôtes sont certainement les inflorescences de Trifolium.

Byrrhidae — Curimopsis cyclolepidia (Münster, 1902)

Cette espèce boréo-alpine est connue surtout au niveau du cercle arctique, en Scandinavie et en Russie. Dans les Alpes, elle n’était signalée que de quelques localités du Tyrol Autrichien (massifs du Hohe Tauern et de l’Anlauftal) (Franz 1967).

Cette découverte étend nettement l’aire de répartition alpine de ce Curimopsis et permet d’envisager sa présence en Suisse et en Haute-Savoie. Elle met également l’accent sur son extrême rareté et sa très forte localisation puisque nos deux spécimens proviennent de quelques mètres carrés du vallon de Chanrouge (Dodelin 2020).

Comme la plupart des Byrrhidae, C. cyclolepidia est inféodé aux mousses, avec une probable polyphagie comme l’indique une étude récente. Les Byrridae suivis avaient en effet ingéré une diversité de mousses en moyenne deux fois supérieure à la diversité visible sur leur lieu de capture (Pyszko et al. 2020).

Cantharidae — Cratosilis distinguenda (Baudi di Selve, 1859)

C. distinguenda est endémique des Alpes de l’Ouest : de la Savoie au Mont Rose et aux Alpes Bernoises (France, Suisse et Italie). Il est réputé très rare et, pour la France, était indiqué seulement de Lanslebourg et du Mont-Cenis (Tronquet & Peslier 2021).

Sa biologie est méconnue. La larve pourrait être prédatrice dans les litières comme le sont la plupart des Cantharidae.

Cantharidae — Malthodes caudatus Weise, 1892

M. caudatus vit en altitude, surtout en Europe centrale. Très rare et localisé, il n’a été signalé de France qu’en 2014, dans le Massif-Central : Puy-de-Dôme (Mont-Dore), Cantal (Le Lioran) (Constantin 2014, Tronquet & Peslier 2021).

Sa biologie est méconnue mais les larves sont probablement prédatrices au sol et sur les plantes basses.

Curculionidae — Barynotus squamosus Germar, 1823

Ce grand charançon vit en montagne et haute montagne. Il est distribué des Pyrénées et du Massif Central, jusqu’en Europe du Nord et en Angleterre. Sa présence dans les Alpes était donc logique et attendue (Delbol & Perez 2020, M. Delbol com. pers. fév. 2021). Nos trois spécimens obtenus confirment une bonne implantation sur notre site d’étude savoyard.

Larve et adultes sont polyphages sur de nombreuses plantes basses : Carum, Trifolium, Viola, Plantago, Polygonum, Rumex, Galium, Ranunculus (Delbol & Perez 2020).

Dytiscidae — Boreonectes griseostriatus (De Geer, 1774)

B. griseostriatus est issu du démantèlement du taxon éponyme en plusieurs espèces, chacune distribuée sur un territoire plus restreint (Dutton & Angus 2007, Angus 2010). Dans son sens taxonomique actuel, il occupe les Alpes du Nord-Ouest, en Italie, en Suisse et en France, autour du Mont Cenis et du Petit Saint-Bernard (Angus 2010, Tronquet & Peslier 2021). Hors des Alpes, il se trouve en Suède, en Finlande et jusque sur la presqu’île de Kola (B. g. strandi) (Angus 2021). Les données des Alpes du Sud françaises publiées par l’INPN pour cette espèce se rapportent certainement à B. ibericus.

Larves et adultes sont prédateurs dans les eaux des lacs de montagne.

Leiodidae — Catops mariei Jeannel, 1934

Très rare espèce, localisée en France aux Alpes (vallon du Lauzanier en Haute-Ubaye). Sa distribution globale inclut les montagnes du Sud de l’Allemagne et du Nord de l’Italie (Tronquet & Peslier 2021). Aucune donnée française ne figure dans les inventaires de l’INPN et du GBIF.

Larves et adultes sont détritiphages sur les matières organiques en décomposition. Rapporté des terriers de marmottes (spécimen Type) il doit aussi vivre dans les galeries d’autres mammifères (Jeannel 1934, 1936).

Ptinidae — Pseudeurostus frigidus (Boieldieu, 1854)

En France, ce petit Ptinidae était jusqu’à présent connu des Alpes du Sud, jusque dans le secteur de Briançon et de La Grave (Calmont 2016, B. Calmont com. pers. 2020). Son aire de distribution complète couvre les Alpes de Suisse, d’Autriche, d’Italie et de Slovénie.

Il s’agit d’une espèce orophile qui fréquente les terriers de marmottes et les litières végétales. Elle se nourrit principalement de crottes sèches d’herbivores.

Staphylinidae — Aleochara brundini Bernhauer, 1936

Les Aleochara sont très peu identifiées car le genre est réputé difficile. A. burdini suit une distribution boréo-alpine avec une présence en Scandinavie, en Suisse, en Autriche (Tirol) et dans les Dolomites (Lompe 2011). En France, elle était indiquée comme « à rechercher dans le Nord des Alpes » (Tronquet & Peslier 2021). Elle est particulièrement commune sur la Montagne du Saut avec plus de 80 spécimens observés à vue et par piégeage.

Les larves sont probablement parasites de larves de diptères.

Staphylinidae — Oxypoda falcozi Sainte-Claire Deville, 1913

Ce staphylin fait également partie d’un groupe compliqué à identifier, et qui nécéssite une documentation conséquente pour sécuriser les identifications. Nous avons pu obtenir un couple, ce qui a permis de consolider notre diagnostique.

Décrit de Briançon et repris au Col de Larche (Tronquet 1998), O. falcozi existe aussi dans les Alpes de Suisse, d’Allemagne et d’Autriche (Tronquet & Peslier 2021).

Il s’agit d’un commensal de la marmotte des Alpes, qui vit dans ses terriers. Le régime alimentaire est inconnu mais probablement prédateur.

Remerciements

Cette étude est financée par le PN de la Vanoise, en partie grâce au programme PITEM Biodiv’Alp.

Des autorisations nominatives de circulation et de prélèvements ont été attribuées aux intervenants de ce programme ATBI.

Merci à B. Calmont, M. Delbol et R. Saurat pour leurs précieuses informations.

Bibliographie

Angus R (2010) Boreonectes gen. n., a new genus for the Stictotarsus griseostriatus (De Geer) group of sibling species (Coleoptera: Dytiscidae), with additional karyosystematic data on the group. Comparative Cytogenetics 4: 123–131.

Calmont B (2016) Coléoptères Gibbinae et Ptininae de France. Arvernsis Hors-série: 1–202.

Constantin R (2014) Observations sur des Cantharidae de France et description de deux espèces nouvelles (Coleoptera, Elateroidea). Bulletin de la Société entomologique de France 119: 91–108.

Delbol M, Perez C (2020) Barynotus (Barynotus) mainardii mainardii F. Solari, espèce nouvelle pour la faune de  France et notes sur le genre Barynotus Germar, 1817 (Curculionidae: Entiminae: Geonemini). Belgian Journal of Entomology 94: 1–31.

Dodelin B (2020) Curimopsis cyclolepidia présent en Vanoise. EntomoData.

Drotz MK, Saura A, Nilsson AN (2001) The species delimitation problem applied to the Agabus bipustulatus complex (Coleoptera, Dytiscidae) in north Scandinavia. Biological Journal of the Linnean Society 73: 11–22. https://doi.org/10.1111/j.1095-8312.2001.tb01343.x

Dutton LA, Angus RB (2007) A karyosystematic investigation of a group of sibling species related to Stictotarsus griseostriatus (De Geer) (Coleoptera: Dytiscidae). Comparative cytogenetics 1: 3–16.

Focarile A (1989) Contribution à l’inventaire et à l’étude écologique des coléoptères du Parc National de la Vanoise (France). Boll. Mus. reg. Sci. Torino 7: 215–258.

Jeannel R (1934) Les Catops de France. Revue Française d’entomologie 1: 2–24.

Jeannel R (1936) Monographie des Catopidae. Muséum National d’Histoire Naturelle (mémoires), Paris, 438 pp.

Lompe A (2011) Aleochara. Käfer Europas.

Pesarini C (1977) Una nuova specie di Apion delle Alpi italiane (Coleoptera Curculionidae). Revue Valdôtaine d’Histoire Naturelle 31: 97–101.

Pyszko P, Plášek V, Drozd P (2020) Don’t eat where you sleep: unexpected diversity of food web for beetles feeding on mosses. Insect Conservation and Diversity: icad.12453. https://doi.org/10.1111/icad.12453

Tronquet M (1998) Oxypoda (s. tr.) pseudolongipes, n. sp. (Coleoptera, Staphylinidae) commensal de la Marmotte des Alpes (Marmotta marmotta L.) dans les Pyrénées. L’Entomologiste 54: 135–140.

Tronquet, M., Peslier, S., (coordinateurs) 2021. Catalogue des Coléoptères de France. Édition actualisée en temps réel. Revue Roussillonnaise d’Entomologie, Perpignan, 924 pp.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s