Espèce patrimoniale·Forêt sub-naturelle·Nouveau pour la faune de France

Omalium strigicolle en Vanoise

Retour dans la superbe forêt de Tuéda cette année 2021, avec comme objectif un complément de notre inventaire effectué en 2003. Nouveau plan d’échantillonnage mais aussi ré-analyse des spécimens précédemment collectés. En 2014, nous y avions déjà décelé le rare Episernus angulicollis (Ptinidae) (Dodelin 2016), qui a été repris en 2021 sur un pin cembro mort.

Au bilan de ces deux inventaires, il est intéressant de signaler, parmi les nombreuses espèces typiques des forêts de haute-montagne, un spécimen d’Omalium strigicolle Wankowicz, 1869 (Staphylinidae). Cette espèce ne semble pas avoir été signalée de France. C’est donc chose faite.

Vue sur le vallon de Tuéda depuis le Bois de la Ramée ((C) B. Dodelin)

Donnée nouvelle

  • Omalium strigicolle Wankowicz, 1869, 1 ind. mâle, 25-VI-2003, piège vitre amorcé par de la térébenthine, Réserve Naturelle du Plan de Tuéda, Les Allues, 73.

O. strigicolle est une rareté boréo-alpine, plus fréquente en Europe du nord et en Sibérie, mais qui est référencée des Alpes de l’Autriche et du nord-est italien (Sharvin 2010, GBIF 2021). Il est présent en Suisse mais aucun spécimen n’y est précisément répertorié (Luka et al. 2009).

C’est un détriticole, hôte des matières en décomposition. Il se reconnaît assez facilement à son édéage caractéristique (illustration dans Assing & Schülke 2012, le dessin donné par Zanetti (1987) est erroné, cf. Zanetti 2002). Tête et pronotum sont couverts d’une micro-réticulation peu dense mais bien marquée, en longues lignes ondulées. La tête est irrégulièrement ponctuée, les points étant concentrés sur l’arrière et pratiquement absents sur l’avant. Les sillons des ocelles ont, à leur base, une petite zone de réticulation isodiamétrique serrée (illustration ci-dessous).

Tête d’Omalium strigicolle, montrant les motifs de réticulation et ponctuation (spécimen de Tuéda) ((C) B. Dodelin)

Remerciements

Ces études ont été financées par l’Office National des Forêts (2003) et la Réserve Naturelle du Plan de Tuéda (2021). Les échantillonnages ont fait l’objet d’autorisations spécifiques.

Références

Assing V, Schülke M 2012 Die Käfer Mitteleuropas, Bd. 4: Staphylinidae (exklusive Aleocharinae und Pselaphinae). Spektrum Akademischer Verlag XII, 560 pp.

Dodelin B 2016 Sur les Episernus Paléarctiques (Col., Ptinidae, Ernobiinae). Bulletin mensuel de la Société linnéenne de Lyon 85 (9-10) : 278-302.

GBIF 2021 Omalium strigicolle Wankowicz, 1869. GBIF Backbone Taxonomy. Checklist dataset https://doi.org/10.15468/39omei GBIF.org, 2021-11-30.

Luka H, Nagel P, Feldmann B, Luka A, Gonserh Y 2009 Checkliste der Kurzflügelkäfer der Schweiz (Coleoptera: Staphylinidae ohne Pselaphinae. Bulletin de la Société Entomologique Suisse 82 : 81-100.

Shavrin A 2010 Contribution to the knowledge of the fauna of the tribe Omaliini McLeay, 1825 (Coleoptera: Staphylinidae: Omaliinae) of the Baikal region and adjacent territories. Baltic Journal of Coleopterology, 10 (1) ; 27-43.

Zanetti A 1987 Coleoptera Staphylinidae Omaliinae. Calderini, 472 pp.

Zanetti A 2002 Studies on Omalium Grevenhorst, 1802 from Turkey, Cyprus, and the Caucasus region, with notes on some European and Asian species (Coleoptera, Staphylinidae, Omaliinae). Bollettino del Museo Civico di Storia Naturale di Verona 26 : 45–63.

B. Dodelin 1 déc. 2021

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s